AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Lana Caulfield - Not all those who wander are lost; but I am.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antacchan
HoNk >:o]
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 18
Localisation : Wonderland
Emploi/loisirs : fan officielle chez DisneyLand
Humeur : TRANSFORMATION TIME YO

MessageSujet: Lana Caulfield - Not all those who wander are lost; but I am.   Mer 6 Juil - 20:02

CAULFIELD LANA ASHLEIGH
FT. SCODELARIO KAYA



NOM
Caulfield
PRÉNOM
Lana Ashleigh
NÉ(E) LE
29 / 01 / 1997
NÉ(E) À
Brighton, Angleterre
ÂGE
23 ans
NATIONALITÉ
Anglaise
ORIGINES
Américaines
STATUT
Épave émotionnelle
SEXUALITÉ
Homosexuelle
ACTIVITÉ
Etudiante
GROUPE
Élève à Eita
PERSONNAGE
Inventé
BIOGRAPHIE
CARACTÈRE
Ce matin-là, lorsque tu ouvris les yeux, la lumière pâle d'un ciel nuageux vint se noyer dans tes iris bleutés quelques secondes, te donnant un air plus égaré encore qu'à l'accoutumée.

Tu restais là, recroquevillée à même le sol, ta chevelure étalée autour de ton visage comme les rayons bruns d'un soleil couleur chair.

«Quelle heure.... non, quel jour...?» Tu essayais de te repérer, en vain.

Les pensées virevoltaient à travers ton cerveau tout juste conscient, des dizaines de milliers de libellules translucides et multicolores; le bruissement de leurs ailes t'assourdissaient, et un bruit à mi-chemin entre le grondement et le soupir s'échappa de tes lèvres gercées. Luttant contre la brume glaciale qui enveloppa ton corps engourdi lorsque tu roulas sur le côté droit, tu parvins finalement à t'asseoir – en tailleur, afin que tes genoux calleux t'aident à garder ton équilibre.
La bouche entrouverte et les paupières mi-closes, tu pris une respiration silencieuse, profonde; alors, la sensation de ta cage thoracique se déployant laborieusement t'arracha un froncement des sourcils.

Une main posée sur le plexus solaire, comme pour le garder sous ta peau blême, tu tournais lentement ton visage vers un petit objet blanc dont les clignotements lançaient des éclairs verdâtres dans le blanc de tes yeux cernés. Tu l'observas béatement, et il te sembla pendant un instant que les signaux aveuglants de ton réveil immaculé rythmaient toute vie autour de toi: de l'apparition preste et éphémère des voitures à la carrosserie terne, derrière le sur-vitrage de ta fenêtre poussiéreuse, jusqu'au piaillement ensommeillé des rares oiseaux que l'on pouvait encore trouver perchés sur les arbres asphyxiés parsemant les rues bondées de la capitale nippone.

Poussant tes cellules grises à se mettre en route, tu lis les chiffres étalés sur le petit écran à ta droite; et ton lit, à quelques pas seulement de la table de nuit sur laquelle trônait ce foutu réveil, t'apparut comme une oasis au beau milieu du désert le plus aride. Inatteignable.

-Bordel. Lâchais-tu en te laissant retomber sur le parquet décoloré ; il était un peu plus de sept heures.  

***

A peu près trente minutes plus tard, tu jetais nonchalamment un sac pratiquement vide sur ton épaule ; celle qui n'avait pas été déboîtée dernièrement, histoire de laisser cette dernière se remettre de ses émotions -si toutefois une partie du corps humain, séparée de sa conscience, pouvait ressentir quoi que ce soit.  
Avant de franchir le seuil de l'appartement délabré, tu lançais un «Bye, Dad» assez fort pour que le concerné s'en rende compte et te marmonne une réponse, sans doute quelque chose du style «Have a nice day, sweetheart»; mais puisque ton père avait la gueule plongée dans un des coussins du canapé, rien n'était sûr. Tu soupirais douloureusement.
Depuis que ta génitrice -cette ordure ne méritait certainement pas le nom de mère- avait pris la fuite après l'avoir dépouillé de sa fortune treize ans plus tôt, monsieur MacLellan n'était plus que l'ombre de lui-même. Et bien que ton récent retour -après avoir été forcée à vivre sous la tutelle d'un beau-père plus méprisable encore que sa nouvelle compagne et ce jusqu'à ta majorité- ait incroyablement influencé son moral, ton père n'avait jamais paru aussi pitoyable que ce matin-là. Ce foutu matin-là.  

***

Alors que tu te traînais dans les rues noircies par les salariés ponctuels et les écoliers qui l'étaient un peu moins, ton regard se baladant de passant en passant comme si tes pupilles perçantes cherchaient une silhouette inhabituelle dans l'ombre de laquelle elles pourraient se planter, tu te remémorais ton arrivée dans la métropole tokyoïte.

Tu venais de fuguer, et bien qu'au moment d'envoyer ton beau-père, ta mère et le déchet grinçant qui leur servait de fils se faire voir tu fis preuve d'une assurance hors du commun, tu n'en restais pas moins complètement perdue. Arrivée à Brighton avec ta petite valise rapiécée et tes genoux écorchés, on t'annonça avec dédain que le seul parent correct qu'il te restait était parti vivre en Asie ; tu faillis te démonter et tourner les talons : direction de Los Angeles, où on t'aurait sûrement laisser ré-emménager dans ta chambre par peur du Qu'en-dira-t-on tant craint par ta greluche de daronne.

Et pourtant, moins de vingt-quatre heures suivant cette nouvelle pour le moins déroutante, tu levais un bras tremblotant -et finalement le baissais- pour la cinquième fois, perchée sur le paillasson esquinté qui te semblait aujourd'hui si familier.

Une discrète vibration contre ta hanche te fit soudainement retourner à la réalité; dans la poche détendue de ton sweat, ton téléphone portable souhaitait te faire comprendre qu'on essayait de te contacter. Tes sourcils fins amorcèrent leur descente habituelle pour se froncer significativement, alors que tu te demandais quel genre de personne textait à huit heures moins le quart du matin ; mais la réponse t'apparut instinctivement, et ton visage pâle se fendit d'un sourire espiègle.

« Here come dat boi !!»
«#WhenUSayBoiButUrAFrog»
«#Unicycle»


Il te fallut quelques secondes afin de déchiffrer les fameux hashtags d'Hiro Takagi, qui te faisait savoir à sa manière qu'il arrivait à l'Académie.

«O shit waddup?» Répondais-tu avec un temps de retard, passant les grilles d'Eita en remontant ton sac de toile sur ton épaule, frêle sous le tissu de ton sweat à capuche. Tu avais encore une foutue belle journée devant toi.
~Coming Soon~
ET DERRIÈRE TON ECRAN
'Sup! Anta here. Pour la faire courte, j'ai 17 ans, je suis maintenant étudiante en arts appliqués, et dans pas longtemps je serais du côté de Limoges ^^ Je ne peux pas vraiment définir de "fréquence" de rp puisque mon débit de rédaction dépend (comme cela a pu se voir à travers mon petit foirage avec la fiche de Lana 1.0, que je n'avais pas pu finir à temps énè ) autant de mon emploi du temps que de mon inspiration -c't'à dire que je peux écrire 3 réponses dans la même journée puis peiner à faire 5 lignes en deux semaines. xD Je connais ce p'tit fo' grâce à un certain Hiro Takagi #Bro #DrunkCrybaby #WayTooMuchSelfies #LipstickOnPs4 ... et j'espère m'y intégrer et me montrer à la hauteur de vos bébés à tous! éuè <3  

_________________


Dernière édition par Antacchan le Dim 7 Aoû - 16:40, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antacchan
HoNk >:o]
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 18
Localisation : Wonderland
Emploi/loisirs : fan officielle chez DisneyLand
Humeur : TRANSFORMATION TIME YO

MessageSujet: Re: Lana Caulfield - Not all those who wander are lost; but I am.   Mer 6 Juil - 21:07

Notes pour le caractère:
 

_________________


Dernière édition par Antacchan le Ven 29 Juil - 13:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antacchan
HoNk >:o]
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 18
Localisation : Wonderland
Emploi/loisirs : fan officielle chez DisneyLand
Humeur : TRANSFORMATION TIME YO

MessageSujet: Re: Lana Caulfield - Not all those who wander are lost; but I am.   Jeu 28 Juil - 20:55

AIDE A LA RÉDACTION DU CARACTÈRE

Ce qu'elle est:
Spoiler:
 

Ce qu'elle aime:
Spoiler:
 

Ce dont elle a l'air:
Spoiler:
 

Ce qu'elle fait:
Spoiler:
 

Ce qu'elle veut:
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antacchan
HoNk >:o]
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 24/11/2014
Age : 18
Localisation : Wonderland
Emploi/loisirs : fan officielle chez DisneyLand
Humeur : TRANSFORMATION TIME YO

MessageSujet: Re: Lana Caulfield - Not all those who wander are lost; but I am.   Ven 29 Juil - 17:21

AIDE A LA RÉDACTION DE LA BIOGRAPHIE

- Mère --> Américaine (la même que celle de Stan)
- Père --> Anglais (différent de Stan)

Situ : Mère séparée du père (japonais) de Stan, a Lana en Angleterre avec un richou mais il perd sa fortune et Mère retourne chez le père de Stan avec Lana qui est élevée en partie avec son demi-frère.
Beau-père ne la considère pas comme sa fille et la traite mal --> ne lui paie que le minimum vital, et refuse de financer ses études.
Lana décide alors de partir vivre chez son père au japon, et s'inscrit à Eita pour devenir comédienne, en s'aidant d'un boulot à temps partiel. Rencontre Hiro au japon. Le prend sous son aile.

/!\ Rencontre avec Hiro à voir avec Bro /!\

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lana Caulfield - Not all those who wander are lost; but I am.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lana Caulfield - Not all those who wander are lost; but I am.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Messaline Martinsson ~ "Not all those who wander are lost..." [finie]
» (andrea) not all those who wander are lost.
» Not all those who wander are lost ◊ Ajeya
» lana
» Lana Anthana, chronique umbarane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walking Disaster :: Strass et Paillettes :: MY CUTIEPIES :: JOSEI-